Types de Cancer

Qu’est-ce que le cancer de l’utérus ?

L’un des types de cancer les plus courants chez les femmes est le cancer de l’utérus. À l’intérieur de l’utérus, il y a une couche appelée l’endomètre, qui joue un rôle important dans le cycle menstruel et la fixation du zygote, en s’épaississant et en s’amincissant. Avec les changements dans les cellules de cette zone, une division et une prolifération anormales peuvent se produire. Cette situation est appelée cancer de l’endomètre ou cancer de l’utérus.

Les symptômes du cancer de l’utérus

Le saignement vaginal est le premier symptôme du cancer de l’utérus. Les saignements vaginaux subis par les femmes, en particulier pendant la ménopause, peuvent également être considérés comme un signe de cancer de l’utérus. Chez les femmes menstruées, des saignements irréguliers et des saignements abondants peuvent figurer parmi les signes du cancer de l’utérus. Dans les cas où le cancer de l’utérus est avancé, les symptômes peuvent inclure des douleurs abdominales, des douleurs pelviennes, et des ballonnements.

Les causes du cancer de l’utérus

On ne connaît pas exactement ce qui cause le cancer de l’utérus. De plus, on pense que les changements dans les niveaux d’oestrogène et de progestérone, qui sont des hormones dans le corps, peuvent être des déclencheurs. Les différences dans les niveaux de ces hormones peuvent affecter l’endomètre, et cette interaction peut entraîner un cancer de l’utérus.

Les facteurs de risque du cancer de l’utérus

Comme le cancer de l’utérus peut être observé chez les personnes jeunes, le vieillissement augmente le risque de cancer. Le début des menstruations à un âge précoce peut également être l’une des raisons. On pense également que l’exposition prolongée à l’hormone œstrogène fait partie des facteurs qui augmentent le risque. La ménopause tardive fait également partie des facteurs de risque car elle déclenchera une exposition supplémentaire à l’hormone œstrogène. L’obésité est également un facteur qui augmente le risque de cancer de l’utérus en raison de la production d’œstrogène par le tissu adipeux. On pense également que le diabète augmente le risque de développer un cancer de l’utérus. Pendant la grossesse, l’équilibre hormonal de la progestérone, et le fait de ne pas tomber enceinte peuvent entraîner un risque. Dans cette maladie appelée syndrome des ovaires polykystiques, le taux d’œstrogène est supérieur à celui de la progestérone. C’est une situation qui augmente le risque de cancer de l’utérus. On pense également que certains médicaments hormono-suppresseurs utilisés pour le traitement du cancer du sein font partie des facteurs de risque qui déclenchent le cancer de l’utérus. Les antécédents familiaux sont également l’un des facteurs.

Comment le diagnostiquer ?

La personne soupçonnée de cancer de l’utérus se rend chez le médecin et subit d’abord un examen pelvien. Certains examens peuvent être nécessaires pour confirmer le diagnostic. L’échographie vaginale peut être utilisée pour découvrir la tumeur et ses caractéristiques dans l’utérus. L’épaisseur de la paroi et d’autres changements anormaux peuvent être détectés avec la sonde positionnée à l’entrée de l’utérus. L’hystéroscopie est l’une des méthodes d’imagerie les plus importantes. Dans cette méthode, un tube avec une caméra à fibre optique est placé dans l’utérus. C’est ainsi que l’endomètre et l’utérus sont analysés. L’échantillon de tissu prélevé dans l’utérus est soumis à certaines analyses dans les laboratoires et, par conséquent, des informations efficaces sur les caractéristiques de la tumeur sont obtenues. Cette méthode s’appelle la biopsie.

Les méthodes d’imagerie par résonance magnétique (RM) et tomodensitométrie (CT) sont préférées pour détecter des activités ou des caractéristiques anormales de la tumeur dans l’utérus. Le matériau de contraste peut être utilisé pour obtenir des résultats plus efficaces dans les images. Les images par résonance magnétique sont importantes pour le déroulement de la planification du traitement. La résonance magnétique est également utilisée pour déterminer la taille de la tumeur dans la paroi utérine et si la fonction de fertilité est fonctionnelle.

Comment traite-t-on le cancer de l’utérus ?

Dans le processus de traitement du cancer de l’utérus ; la décision est prise en évaluant certains facteurs tels que le stade et la taille de la tumeur, l’état de santé général de l’individu, les effets du traitement que l’on considère être appliqué. Les principaux traitements comprennent la chirurgie, la radiothérapie, la chimiothérapie, l’hormonothérapie, les médicaments intelligents et l’immunothérapie. Une seule de ces méthodes peut être utilisée, ou les traitements peuvent être appliqués en combinaison.

La chirurgie du cancer de l’utérus

L’une des méthodes les plus fréquemment utilisées dans le cancer de l’utérus est la chirurgie. La chirurgie diffère selon l’état de l’individu et les caractéristiques de la tumeur. Elle est appliquée par la méthode de l’hystérectomie, généralement connue sous le nom d’ablation de l’utérus chez les personnes. Cette application peut être réalisée avec une méthode ouverte, une méthode fermée, c’est-à-dire une chirurgie laparoscopique ou robotique. Si le cancer s’est propagé aux tissus lymphatiques, les tissus infectés peuvent être retirés au cours de l’intervention chirurgicale.

Le traitement par radiothérapie du cancer de l’utérus

La radiothérapie sert à dégrader l’ADN de la cellule cancéreuse à l’aide de rayons X. Cette méthode est généralement préférée pour éliminer les cellules cancéreuses trouvées sous forme de résidus après la chirurgie. Elle peut également être utilisé avant la chirurgie dans certains cas. Si l’état de santé de la personne ne se prête pas à la chirurgie, la radiothérapie peut être préférée. La radiothérapie appliquée à titre préventif vise également à prévenir la récidive de la maladie ultérieurement.

Le traitement de chimiothérapie dans le cancer de l’utérus

La chimiothérapie est l’administration de médicaments pour combattre les cellules cancéreuses. Le but de la chimiothérapie associée à la radiothérapie est d’augmenter l’efficacité du faisceau et d’essayer d’empêcher sa propagation à tout le corps. La chimiothérapie du groupe platine est préférée avec la radiothérapie. La chimiothérapie peut également être administrée à titre préventif. À ce stade, des facteurs tels que la faiblesse, les vomissements et les nausées, la perte de cheveux temporaire et la diarrhée se produisent comme effets secondaires. Elle peut également être utilisée pour réduire la taille de la tumeur avant la chirurgie. Elle peut être appliquée pour prévenir la récurrence de la maladie après l’opération chirurgicale. À ce stade, il existe des médicaments pour chaque type de chimiothérapie. Ces médicaments peuvent être combinés de deux ou trois façons, ou ils peuvent être utilisés seuls.

L’hormonothérapie dans le cancer de l’utérus

Les médicaments hormonaux et inhibiteurs hormonaux sont utilisés à des fins thérapeutiques afin de rendre les équilibres hormonaux appropriés. Ce type de traitement ralentit la croissance des cellules cancéreuses. Si la maladie réapparaît, une hormonothérapie peut également être appliquée. Elle peut également être préférée dans le cancer de l’utérus métastatique qui se propage rapidement et s’est propagé à différents organes. Elle est souvent utilisée en association avec la chimiothérapie.

La thérapie ciblée dans le cancer de l’utérus – les médicaments intelligents

Certaines des thérapies ciblées bloquent le signal de croissance, certaines réduisent la nutrition de la cellule cancéreuse et certaines renforcent le système immunitaire.

Les traitements anti-vasculaires (anti-angiogéniques)
Le facteur de croissance épithélial vasculaire appelé VEGF est l’un des principaux facteurs qui assurent la vascularisation dans la plupart des types de cancer. La prolifération du système vasculaire permet à la tumeur d’augmenter en taille et au cancer de progresser. Le blocage de cette voie est une méthode importante utilisée dans le traitement du cancer.

Les suppresseurs de la voie de mTOR

Il existe une voie appelée mTOR qui aide les cellules cancéreuses à se développer et à se multiplier dans le corps. Les agents qui inhibent la protéine de la voie de signalisation intracellulaire et empêchent la propagation des cellules cancéreuses font partie de ce groupe. Les études sur ces médicaments se poursuivent aujourd’hui.

Pour plus d’informations, vous pouvez nous contacter via la page contact.

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page